"Clown" de Henri Michaux ((L'Espace du dedans) 1944


Un jour,
Un jour, bientôt peut-être,
Un jour j'arracherai l'ancre qui tient mon navire loin des mers

Avec la sorte de courage qu'il faut pour être rien et rien que rien.
Je lâcherai ce qui paraissait m'être indissolublement proche.

Je le trancherai, je le renverserai, je le romprai, je le ferai dégringoler.
D'un coup dégorgeant ma misérable pudeur, mes misérables combinaisons et enchaînements "de fil en aiguille"
Vide de l'abcès d'être quelqu'un, je boirai à nouveau l'espace nourricier.

A coups de ridicule, de déchéances (qu'est-ce que la déchéance?), par éclatement.
Par vide, par une totale dissipation-dérision-purgation, j'expulserai de moi la forme qu'on croyait si bien attachée, composée, coordonnée, assortie à mon entourage
Et à mes semblables, si dignes, si dignes mes semblables.

Réduit à une humilité de catastrophe, à un nivellement parfait comme après une immense trouille.
Ramené au-dessous de toute mesure à mon rang réel, au rang infime que je ne sais quelle idée-ambition m'avait fait déserter.
Anéanti quant à la hauteur, quant à l'estime.
Perdu en un endroit lointain (ou même pas), sans nom, sans identité.

CLOWN, abattant dans la risée, dans l'esclaffement, dans le grotesque, le sens que toute lumière je m'étais fait de mon importance.
Je plongerai.
Sans bourse dans l'infini-esprit sous-jacent ouvert à tous, ouvert moi-même à une nouvelle et incroyable rosée.

A force d'être nul
Et ras
Et risible...


 

One day. One day, soon perhaps. One
day I will tear up the anchor that holds my ship
far from the seas. With the kind of courage needed to
be nothing and nothing but nothing, I will cast off
what seemed indissolubly close to me. I will slice through
it, I will overturn it, I will break it, I will send
it tumbling. Disgorging all at oncce my wretched delicacy,
my abject contrivances and fiddling logical sequences.
Drained of the abcess of being someone, I will drink
nutritious space anew. With blows of absurdity, with
falls from grace (what is a fall from grace?), by explosion,
by void, by total dissipation-derision-purgation, I
will expel from myself the form believed to be so strongly
attached, composed, co-ordinated, appropriate to those
around me and those like me, so worthy, so worthy, my
fellows. Reduced to a humility befitting catastrophe,
to a perfect levelling as after being intensely terrified.
Brought down beyond all bounds to my real rank, to the
lowly rank which some idea-ambition I can't name had
led me to desert. Annihilated in terms of arrogance,
in terms of esteem. Lost in a distant place (or not
even that), with no name, with no identity. CLOWN, smashing
down in mockery, in grotesqueness, in howls of laughter,
the sense of my own significance that I had given myself
against all light. I will plunge. Penniless into the
underlying spirit-infinity open to all, open to myself
to a new and incredible dew on the strength of being
zero and a clean slate. . . and laughable. . .